Chiang Maï ou comment reconnecter le corps et l'esprit

Fin Décembre 2017, mon cousin Adrien m'invite pour son mariage avec Siu à Hong Kong. Je ne peux pas rater ça: c'est décidé j'y vais. Je me dis tant qu'à faire d'aller en Asie, je peux peut-être en profiter pour aller visiter un autre pays. La Tha¨ïlande s'impose à moi directement. Je tape Thaïlande sur mon navigateur et la première image qui apparait est une photo de Chiang Maï ci-contre. ( au final, je n'ai pas du tout vu ces paysages...).

Le 1er Janvier 2018, 3 personnes me souhaitent leurs vœux de bonne année en m'envoyant une photo de Chiang Maï. Pas de doute c'est un signe ;-).


Avant de partir je devine que ce voyage va m'aider à y voir plus clair. En un an beaucoup de choses se sont passées dans ma vie, j'ai beaucoup travaillé l'esprit avec la méditation, mais j'ai du mal à vivre ma spiritualité au quotidien et tout se passe au niveau de ma tête. Je pose donc l'intention de pouvoir travailler sur "vivre ma spiritualité au quotidien" de façon plus simple sans avoir à cloisonner mes activités. Lors d'une méditation quelques jours avant mon départ, je reçois l'image d'un moine bouddhiste que je devrais à priori rencontrer et qui m'aidera à avancer.


C'est parti pour l'aventure, le mariage à Hong Kong a été une grande joie pour moi. J'ai passé de très bons moments en famille, mais il est temps de faire un bout de chemin toute seule. Le 28 mai (joyeux anniversaire Maman) je décolle donc pour Chiang Maï. Dès mon arrivée, j'entreprends d'aller explorer la ville. Afin de mieux me laisser porter, je ne me suis pas renseignée sur ce qu'il y a à faire ici. J'aime flâner et me laisser porter par l'instant. Je rentre dans un premier temple le "Umong Mahathera Chan". Et tout de suite je le vois. Le moine vu en méditation il est là, et il médite. Il n'y a personne d'autre dans le temple. Je me pose sans faire de bruit et je médite avec lui. Je me sens en grande connexion. Je passe un bon moment à méditer dans ce temple. Le moine ne bouge pas, il est très concentré. En sortant je profite du cadre arboré autour du temple, J'observe les écureuils dans les arbres, je laisse aller les larmes d'émotion. je viens de vivre un grand moment, je suis ravie. Je poursuis mon chemin et je découvre juste en face de ce temple, des masseuses installées sous un auvent. Et c'est ici que j'ai rencontré Nan. Je suis revenue souvent ensuite, si vous allez à Chiang Maï, n'hésitez pas à aller vous faire masser par elle, elle a des doigts de fée et est de très bon conseil.


Le lendemain je continue mon exploration dans la ville, et je rentre à nouveau dans les temples (la ville en compte près de 300) pour méditer. C'est dans celui-ci (photo ci-jointe) que je suis prise d'un fou rire, car je tombe nez à nez avec la copie conforme de mon moine d'hier, ce temple-là est bien plus lumineux : il s'agit d'une statue. J'ai médité une demi-heure face à une statue, la veille, en étant persuadée que c'était un moine et que nous communiquions. Ah, ah, ah, voici ma première leçon : arrêtez de tout prendre aussi au sérieux, ramenez de la légèreté et de l'humour dans sa vie ! Peu après j'ai aperçu des moines qui juste après le temps de prière du matin se posent dans le jardin pour jouer avec leurs portables. Ok première leçon bien reçue !


Une amie qui avait séjourné à Chiang Maï quelques mois plus tôt m'avait parlé du Yoga Tree à Chiang Maï. Je vais voir les actualités et hop un cercle de femmes pour la pleine lune a lieu justement aujourd’hui. Cet atelier a été très fort pour moi.

Le lieu est déjà incroyable, on arrive dans une végétation luxuriante, et je suis tout de suite accueillie par Judika qui est volontaire pour aider sur le site. On discute et elle me dit qu'elle a une amie française Ludivine qui serait certainement ravie de me rencontrer et de parler un peu français.

L'atelier commence, il y a deux roumaines, une malaisienne, une coréenne et une américaine. Areeradh l'animatrice de l'atelier nous propose de nous exprimer sur ce que la pleine lune génère chez nous comme émotions. Avons-nous remarqué que depuis quelques pleines lunes elle vient nous toucher sur un point en particulier ? La pleine lune vient éclairer une problématique particulière, elle met en lumière le sujet que nous avons à regarder.


Elle nous invite ensuite à danser et laisser parler notre corps à travers nos mouvements. Elle pratique le "She Dance' pour se reconnecter à son féminin sacré. C'est un moment de pure grâce, une célébration, elle nous met un collier de fleurs de jasmin fraiches autour du cou, et nous dansons chacune notre tour devant les autres, en lâchant le mental et en laissant notre corps en connexion avec notre essence divine s'exprimer. C'est magique de vivre ce moment avec des femmes venues de tout horizon.

Et voici la deuxième leçon et quelle leçon : peu importe à quoi je ressemble, ou d'où je viens,  me sentir bien dans mon corps n'est pas inné, je dois travailler pour m'approprier ce temple, pour lui apporter de la douceur au quotidien et pour apprendre à l'aimer tel qu'il est. Grâce à cet atelier, j'ai pu reconnecter avec mon corps, mieux l'écouter, le laisser mener la danse. Jusqu'à présent j'avais le sentiment de vivre à côté de mon corps, de ne pas avoir de prise sur lui.


Suite des péripéties, je prends contact avec Ludivine, l'amie française de Judika rencontrée au Yoga Tree, nous nous retrouvons devant un jus de fruits frais (un délice) et nous discutons, le courant passe tout de suite. Je lui explique ce que je fais et les grands changements qui me sont arrivés depuis peu. Elle me dit :

"- ok, je sais où je dois t'emmener, je vais prendre rendez vous pour toi chez Mehel ma guérisseuse Thaï. Demain je passe te chercher, tu as déjà fait du scooter ?"

"- Euh non"

"- Ne t'en fais pas tu verras c'est facile"

Et le lendemain comme prévu, nous voici grimpées sur le scooter (descendre d'un scooter avec élégance me demandera encore un peu d'entrainement). Je rencontre Mehel, une femme assez âgée, qui fait en quelque sorte la même chose que moi, si ce n'est que moi je libère en soufflant, elle en rotant. C'est très impressionnant, mais elle voit très juste. (depuis cette visite, mes soins ont changé, je parle différents langages et je chante en différentes langues également...)

Ludivine me propose ensuite d'aller chez elle le lendemain pour essayer une machine mise au point par des russes, physiciens quantiques. 

Elle m’explique brièvement que je dois prendre le taxi rouge jusqu’à la place saturday market, puis le taxi jaune. Le lendemain je hèle donc le premier taxi rouge qui passe, ce sont des taxis collectifs où nous sommes tous assis sur des sortes de petits bancs. Personne ne parle anglais. Le taxi rouge s'arrête sur la place saturday market et me montre un taxi jaune en me faisant comprendre que je dois me dépêcher. Je suis donc ce qu'il me dit et grimpe dans le taxi jaune, avant de réaliser que je n'ai jamais dit au taxi rouge qu'elle était ma destination finale. Moment de panique dans le taxi, heureusement google map est là et j'ai pu vérifier que j'étais sur le bon chemin, bizarre, vous avez dit bizarre...


Arrivé chez Ludivine je vais pouvoir tester la fameuse "machine"; il s'agit de la Biospect pro 25 3 D. Cette machine scanne le corps et détecte les anomalies. Elle vient ensuite "corriger" les dysfonctionnements à l'aide d'homéopathie ou de cristaux...

C'est le mari de Ludivine, Mattew, originaire d'Australie qui me fait tester la machine. Les résultats sont incroyables, je ne leur avais rien dit sur mes "faiblesses" corporelles, or, la machine a décelé directement ce qui pouvait être problématique au niveau de ma santé.

Mattew me dit ensuite, "allez viens avec moi je t’emmène ailleurs il faut que tu vois ça", enfin c'est ce que j'ai compris car j'ai beaucoup de mal à comprendre son accent.

Je grimpe derrière lui sur le scooter, il me parle. je ne comprends rien à ce qu'il vient de me dire, entre l'accent et le port du casque. Je réponds donc "yes, yes", et là il démarre en trombe sur une sorte de 2X2 avec voitures, camions et deux roues. Il venait de me demander si j'aimais la vitesse, ce qui n'est pas du tout le cas, hi, hi, hi. Nous partons dans la campagne, les paysages sont magnifiques, nous sommes à plus de 30 Km de Chiang Maï. Lorsqu’il s'arrête devant un bâtiment nommé "healing center". Un homme nous accueille, il est chauve, ses sourcils sont rasés, il est torse nu et ressemble tout à fait à l'image que je me fais d'un gourou. Dans la grande salle qui s'ouvre devant nous, je compte 8 personnes. il y a des instruments de musique partout et des cristaux les plus gros que je n'ai jamais vu. Quelqu'un est allongé sur une table en train de tester une sorte de paire de lunettes qui envoie de la couleur pulsée dans les yeux... Ah et je comprends que Mattew m'a emmené ici pour que je la teste à mon tour, youpi... Je ne suis pas très inspirée. Je discute un peu avec les personnes là-bas et Mattew leur a déjà dit que je pratique des soins énergétiques et que je peux percevoir des mémoires ou des informations concernant les personnes uniquement en les touchant. C'est alors qu'on me demande depuis combien de temps je me drogue et si j'ai emmené des champignons avec moi hi, hi, hi... Bien, bien, bien, je suis dans un pays qui a une très forte connotation spirituelle, dans un endroit qui rassemble des personnes qui s'intéressent à ce sujet et je passe pour la plus perchée d'entre tous... quelle surprise...


Quelle chance j'ai de pouvoir vivre des périples comme celui-ci.

Voilà un condensé des aventures palpitantes qui me sont arrivées lors de ce séjour d'une semaine (seulement, et oui tout ça en une semaine) à Chiang Maï. Les synchronicités et rencontres m'ont prouvées encore une fois que le hasard n'existe pas.

Je suis revenue en France avec l'esprit bien plus léger. Ce voyage a su me montrer que le principal est de s'amuser, de jouer. L'humour et la légèreté peuvent nous aider à voir les choses sous un angle complétement différent. 

Ce voyage m'a aussi appris que lorsqu'on lâche prise sur les événements et qu'on se laisse porter alors on donne la possibilité aux personnes et aux événements qui doivent venir à nous d'arriver.

Suite des aventures en Sardaigne : départ Octobre 2018... Keep in touch ;-)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0