Au secours je vais craquer ou le complexe du homard...

Je rencontre beaucoup de personnes en ce moment, qui vivent une période de stress, d'inconfort...

 

Cet inconfort parait générer pour certains par leur relation, cela peut même aller jusqu’à la séparation; pour d'autres par leur emploi, ils sont au bout du rouleau, et parfois vont jusqu'au burn-out.

 

Que ce soit par leurs employeurs, leurs collègues, leurs compagnons, ces personnes ressentent un manque de reconnaissance. Elles s'investissent, donnent toujours plus, y mettent tout leur cœur, mais ne reçoivent pas en échange ce qu'elles désirent. Elles sont fatiguées, usées, d'avoir tant donné et ne savent plus comment faire changer les choses. Elles continuent coûte que coûte de s'accrocher, à quelque chose qui les brûle de l'intérieur.

 

Et si cet inconfort était un signal du corps pour nous dire qu'il y a des choses qui ne vont pas. Et si notre corps était en train d'essayer de nous transmettre un message.

 

Cette reconnaissance que je cherche sans cesse autour de moi et si j'étais la seule personne à pouvoir me l'apporter.

 

- "Plutôt que d'essayer de combler les besoins de mon mec, de ma nana, de mes enfants, de mon patron et si je me posais pour savoir quels sont les miens de besoins.."

- "Mais non, je sais qui je suis quand même.."

- "Ah OUI ? En suis-je vraiment sûr(e) ? C'était quand la dernière fois que je me suis posé(e) face à une page blanche et que je me suis permis de rêver à ce que je souhaiterais dans ma vie. Je ne parle pas de poursuivre sa vie et d'être balloté(e) par les décisions des autres ou les aléas de la vie :  les promotions, l'arrivée d'un enfant, la mutation du conjoint...

Depuis les années lycée où on m'a demandé avec insistance ce que j'aimerais faire de ma vie, me suis-je posé(e) à nouveau la question ? La réponse est-elle la même qu'à l'époque ?"

 

Et si pour commencer je faisais deux colonnes j'ai envie de ... et, j'ai plaisir à...

 

 

Je vous laisse sur cet exercice, n'hésitez pas à retourner lire l'article "Se reconnecter à son enfant intérieur" il peut vous amener de nouvelles réponses.

 

 

Pour poursuivre cette réflexion je vous joins un article écrit par Virginie Croisé et trouvé sur cette page là  :

https://www.11h11coach.com/changement-lexemple-du-homard/

ainsi que la vidéo du Rabbi Dr Abraham Twerski illustrant son propos.

 

Enfin je vous livre un petit bijou tout en bas de la page, pour les personnes qui se reconnaitront dans mes lignes, qui ont besoin d'un remontant, qui aiment la méditation et qui n'ont pas forcément les moyens de venir me voir en séance.

 

Changement – La métaphore du homard

Connaissez-vous le malaise diffus ?

C’est une sorte de mélange d’émotions désagréables et irritantes qui vous font dire que vous ne vivez pas la vie que vous voudriez vivre. Ce malaise peut d’abord se présenter sous forme d’irritations, d’émotions qui s’expriment sans déclencheur : tristesse, peur  ou encore colère… Vous pouvez même sentir dans votre corps, que cela ne va pas. Votre corps parle et vous alerte. Il enchaine les petits maux  en tout genre ; qu’est-il en train de vous dire ?

Êtes-vous un homard ?

Dans la nature, de nombreux animaux effectuent des mues au cours de leur vie et le cas le plus étonnant reste celui du Homard.

Le homard grandit tout au long de sa vie et pour cela, il a besoin de se fabriquer à plusieurs reprises une nouvelle carapace. Lorsqu’il se sent inconfortable et à l’étroit dans sa carapace, il est venu le temps pour lui, de se réfugier sous une pierre, à l’abri des prédateurs pour y effectuer sa mue. Il y restera le temps que sa nouvelle carapace puisse être aussi dure et résistante que la précédente. Ainsi, un homard peut croitre toute sa vie ; le plus grand jamais pêché mesurait plus d’1 mètre de long.

Imaginez maintenant que nous soyons des sortes de homard, mais que notre besoin de croissance ne soit pas physique (externe) mais plutôt psychologique et spirituel (interne)…
Les émotions, le stress perçus seraient alors des signaux qui nous informeraient qu’il est temps pour nous d’effectuer notre mue, d‘aller vers le changement. Plutôt que de chercher des moyens allopathiques pour juguler le stress, cherchons à grandir et à croitre à l’intérieur pour dépasser nos blocages, changer nos comportements pour que cela puisse rejaillir à l’extérieur.

Certains sages indiens comme Sadhguru disent que le stress n’existe pas puisqu’il est provoqué par nos filtres de perception. En dehors de la question philosophique liée à l’existence, le stress reste une réponse physiologique bien réelle à un stimulus intérieur ou extérieur. C’est une information à intégrer qui appelle une action de notre part. Alors Fuir ou Combattre ? Rester ou Partir ? Dormir ou s’éveiller ? Rester figé ou Grandir ?

Qu’en dites vous ?

 

MÉDITATION GUIDÉE THÉRAPIE PAR LES ANGES

Cette méditation s'appelle Thérapie par les anges et a été conçue par Doreen Virtue. Comme son nom l'indique elle permet de se faire du bien à soi-même avec l'aide d'énergies angéliques, pas besoin d'être croyant en quoi que ce soit. Lorsqu'on se sent vraiment très fatigué et qu'on a une heure et quart de tranquillité devant soi , on s'allonge, on branche ses écouteurs et on se laisse porter. Ce qu'il y a de formidable avec cette vidéo c'est qu'on s'endort forcément à chaque fois et ça n'est pas grave, on reçoit malgré tout les énergies, et on se sent forcément mieux après...

Vous m'en direz des nouvelles ;-)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    CADU Catherine (jeudi, 08 mars 2018 20:29)

    Merci Agnès pour tous ces merveilleux conseils et oui je me sens comme un Homard qui a besoin de changer d'enveloppe. Bise à toi