Se reconnecter à son enfant intérieur

Lors de mes séances, je parle beaucoup de l'importance de reconnecter avec notre enfant intérieur. Cet enfant est toujours là, à l'intérieur, et l'adulte qu'il est devenu lui donne plus ou moins la possibilité de s'exprimer.

 

Une des premières choses que je suggère à mes patients,  c'est de ressortir une photo d'eux lorsqu'ils étaient tout petits. Regardez vous...

 

A quoi rêviez vous ? Quel était votre caractère ? Quels étaient vos jeux ?  Comment s'appelaient vos amis ? Que chantiez vous ?... autant de questions que vous pouvez poser autour de vous pour reprendre le contact avec cet enfant.

 

Souvent cet enfant était sensible et émotif, mais la vie est venue l'obliger à porter une carapace pour moins souffrir. Aujourd’hui en tant qu'adulte on peut petit à petit se permettre de se libérer de cette carapace pour reconnecter avec notre essence. 

 

A chaque fois qu'une situation vous met en colère ou vous rend triste, interrogez vous sur ce qui a généré cette émotion, c'est souvent l'enfant intérieur qui réagit. Donnez lui du crédit, écoutez le, rassurez le. Vous êtes la seule personne capable de redonner confiance à cet enfant, de le rassurer, de lui donner de la reconnaissance. Apportez vous à vous même l'attention que vous attendiez de vos parents, lorsque vous étiez enfant. De même prêter attention à votre auto-langage, comment vous parlez vous ? Que vous dites vous par exemple lorsque vous faites tomber quelque chose ? A chaque fois que vous vous manquez de respect ou qu'on vous manque de respect, c'est à cet enfant qu'on s'adresse...


Méditation pour l'enfant intérieur de Jonathan lehmann

Pour poursuivre cette réflexion je vous suggère une méditation de Jonathan Lehmann sur l'enfant intérieur. N'hésitez pas à aller faire un tour sur son site Les Antisèches du bonheur, il y a plein de pépites, notamment des méditations très intéressantes et gratuites !


Pour aller plus loin...

Je vous invite à lire l'article de Psychologies magazine sur le sujet : http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Retrouver-l-enfant-en-nous/L-enfant-interieur-qu-est-ce-que-c-est

 

Vous trouverez sur internet de nombreuses méditations en lien avec le sujet.

 

Exercice pratique à réaliser lorsqu'on ne se sent pas très bien :

Croiser ses bras de façon à attraper le biceps opposé et dire :" je m'accueille" plusieurs fois en se berçant d'avant en arrière. Ensuite croiser ses bras sur l'épaule opposée et dire "je m'aime", toujours en se berçant, plusieurs fois également. Se dire ensuite la phrase suivante : " je t'écoute, quels sont tes besoins ? de quoi as tu envie ?". Être à l’écoute, accueillir la réponse et la suivre.

 

Bonjour toi ! Je suis ton enfant intérieur, est ce que je peux te parler?

Je me sens seul. Tu n'es pas là souvent pour moi.

Je sais, c'est ce que tu as appris.

Sauf que maintenant, tu es adulte, et tu peux changer ton rapport avec moi. Je désire que tu m'amènes m'amuser, que tu me fasse rire.

Tout est tellement sérieux avec toi. Ça m'a presque tué.

J'ai besoin de toi, c'est toi le chauffeur du véhicule me permettant de me réaliser.

Tu as laissé les autres m'écraser et, par le fait même, écraser mes besoins et désirs.

Ensuite, tu as poursuivi leurs oeuvres.

Je suis heureux(se) de voir que, maintenant, tu sais que j'existe et que tu reconnais parfois ma présence.

J'ai eu très peur que tu me laisses tomber à nouveau, que tu cesses de m'écouter, que tu cesses de considérer mes besoins et désirs.

Lorsque tu ne m'écoutes pas, je souffre et te le fais savoir.

Tu sais, l'autre jour, quand tu as ressenti un malaise, c'était moi qui attirais ton attention.

Quelquefois, ça fonctionne, d'autres pas. Tu est très fort(e).

Moins tu m'écoutes et plus le malaise est grand.

Si ça fait mal, c'est parce que moi, j'ai mal.

S'il te plaît, reste avec moi, permet-moi d’être.

Sous ma peine se cache ma joie. Sous ma colère, l'amour.

Sous ma peur, la confiance en toi. Ma colère est grande contre toi.

Laisse-moi simplement l'exprimer, laisse-moi te dire ce que ça me fait quand tu m'écrases, quand tu me traites par des noms, quand tu me dis que je suis con(ne).

Tu n'utilisais pas toujours des mots pour m'écraser, mais c'est tout comme.

Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait, que tu me dises que je n'ai pas raison de ressentir mes émotions.

Je sais, c'est ce que tu as appris, mais tu peux changer ça.

Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises que je devrais plutôt être comme ci ou comme ça.

Laisse-moi aussi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises que je devrais ressentir ça plutôt que ceci ou cela.

Je suis en boîte, enfermé, étouffé sous tes croyances, au rancard. Tu sers aux autres.

Comprends que tu n'as aucun pouvoir sur les autres. Tu en as sur toi, et c'est tout.

Tu as le pouvoir de me laisser vivre, de me permettre d'être, de rire, de m'amuser.

Tu as le pouvoir de m'écouter, de me comprendre.

Toi seul, c'est vraiment tout ce que j'ai vécu.

Tu as le pouvoir de m'aimer, de me reconnaître, n'est-ce pas tout cela que tu cherches à l'extérieur?

Est-ce que tu comprends que j'ai besoin de tout ça? Pas des autres, mais de toi.

S'il te plaît ! Je t'en prie, ne me laisse plus jamais tomber, plus jamais.

J'ai tellement de peines. Sans toi, je meurs. Sans toi, je souffre.

J'ai besoin de toi, tellement besoin !


Signé : ton enfant intérieur


{auteure : Manon Sénécal}

Écrire commentaire

Commentaires: 0